Les troubles du langage oral

Un certain nombre de signes d’appel doivent attirer l’attention des parents :

  • absence de langage à 18 mois
  • absence d’association de mots à 24 mois
  • inintelligibilité de la production langagière au-delà de 24 mois
  • absence de construction syntaxique au-delà de 36 mois
  • non utilisation du pronom personnel « je » au-delà de 36 mois

LE RETARD DE PAROLE

Il s’agit d’une modification de la structure phonétique des mots avec des erreurs dans la combinaison de phonèmes juxtaposés par influence réciproque des différents phonèmes voisins, alors que les mêmes phonèmes sont correctement prononcés lorsqu’ils sont isolés. C’est d’abord la persistance à 3-4 ans, d’un parler « bébé », ceci sur des mois ou des années. C’est plus tard la non-acquisition de certaines consonnes alors que le langage lui-même (choix et ordre des mots) est normal.

LE RETARD DE LANGAGE

Schématiquement, on peut rencontrer deux éventualités : Chez certains enfants, le décalage est purement chronologique ; les acquisitions se font dans un ordre normal mais, de manière étalée, avec un décalage inhabituel qui peut aller de quelques mois a un ou deux ans. Chez d’autres, et le plus souvent, le trouble est à la fois chronologique, qualificatif et quantitatif. On peut observer, outre les éléments témoignant d’un retard de parole, des difficultés à structurer le langage. Les difficultés sont essentiellement expressives : limitation quantitative du stock lexical, difficultés à acquérir de nouveaux mots, syntaxe approximative, simplifiée, non-utilisation de certains temps, confusions touchant les mots de liaison ; lorsque la compréhension est touchée, les difficultés portent sur la compréhension des phrases plus que sur celle des mots isolés.

Le développement normal du langage

Au moment de l’entrée en petite section de maternelle, à l’age de 3 ans environ, l’enfant possède :

  • 1000 mots (adulte entre environ 12.000 et 40.000 mots)
  • presque tous les phonèmes (en général il ne maîtrise pas CH et J qui sont acquis au plus tard à 4 ans)
  • Il commence à identifier les couleurs, les adjectifs de dimension, les notions d’espace simples (haut-bas, devant-derrière)
  • Il peut chanter et réciter des comptines
  • Il peut poser et répondre à des questions où, quoi, qui

A 4 ans l’enfant possède :

  • un lexique de 1.500 à 2.000 mots. Il comprend essentiellement tout ce qui est propre au langage concret, courant, quotidien. Par ailleurs, il commence à comprendre les adjectifs de comparaison
  • Il utilise différents temps. Il commence à faire des petits récits à l’aide de phrases indépendantes juxtaposées
  • Sa parole est de plus en plus audible : les groupes complexes sont en cours d’acquisition
  • Il utilise des adverbes de temps comme demain, aujourd’hui, maintenant
  • Il pose de nombreuses questions

A 5 ans, l’enfant est capable de :

  • comprendre entre 2.000 et 2.600 mots
  • élaborer des phrases complexes, subordonnées
  • faire de moins en moins d’erreurs de conjugaison
  • d’apprécier de converser, de définir des mots simples
  • d’utiliser des prépositions de temps « avant », « après », « pendant »…

A 6 ans (entrée en cours préparatoire) l’enfant est capable de :

  • comprendre des termes abstraits comme la différence, les notions d’espace plus complexes (mets-toi de dos…)
  • utiliser correctement le genre et le nombre des noms
  • utiliser correctement la syntaxe même si le récit reste sommaire sans véritable ordre chronologique
  • indiquer des différences entre objets
  • utiliser tous les déterminants
Leave your comment
Comment
Name
Email